Au service de l'égalité femmes/hommes dans les entreprises et les territoires

Un guide pour rendre accessible l’évaluation des politiques locales d’égalité femmes-hommes

Le centre Hubertine Auclert vient de publier un guide sur les pratiques d’évaluation des politiques d’égalité femmes-hommes. Ce guide réalisé par les cabinets Perfégal et Quadrant conseil est à destination des chargé.e.s de mission et des élu.e.s des collectivités territoriales. L’enjeu ? Améliorer les politiques locales d’égalité au travers de l’évaluation.

 

L’exercice n’était pas simple. Il fallait donner envie aux collectivités d’évaluer leurs politiques d’égalité femmes-hommes, alors que cette pratique est encore peu développée. Et pour cause. “ La partie Evaluation est la plus difficile à transmettre lors des accompagnements qu’on propose aux collectivités. À minima il peut y avoir des bilans mais la pratique évaluative est très très rare, y compris quand il y a un nouveau plan d’action”, constate Ambre Elhadad, responsable de l’accompagnement des collectivités au Centre Hubertine Auclert.

L’objectif était donc de rendre accessible l’évaluation, sans proposer de cadre trop strict ou trop technique.  « L’évaluation est perçue négativement. Nous avons voulu la dédramatiser. L’idée n’est pas de proposer un processus standard, lourd, découpé en dix étapes qu’il faudrait suivre à la lettre, mais plutôt de proposer une boîte à outils dans laquelle on peut piocher et promouvoir une posture évaluative”, explique Karine Sage, de la SCOP Quadrant Conseil, spécialisée dans l’évaluation et la conception des politiques publiques.

Un manque de moyens humains et financiers

Une démarche qui permet de s’adapter aux réalités des collectivités. Pour réaliser ce guide, une quinzaine d’entretiens a été menée avec des chargé.e.s de mission et des élu.e.s. “Le constat est double. D’une part, les collectivités disent ne pas avoir les moyens financiers et humains suffisants. D’ailleurs, il n’y a souvent qu’un poste ou un demi-poste dédié à l’égalité femmes-hommes. D’autre part, les collectivités expliquent ne pas savoir comment s’y prendre pour évaluer”, décrypte Elsy Huboux, consultante et évaluatrice au sein de la SCOP Perfégal, spécialisée dans les questions d’égalité femmes-hommes.

Un constat partagé par le Centre Hubertine Auclert, qui souhaite aussi montrer que ce manque de moyens n’est pas un obstacle en soi. “ Il y a en effet peu d’ingénierie dédiée à cette question. Mais ce guide permet de voir comment les collectivités peuvent passer d’un bilan qui va juste préciser si une action a été réalisée à un bilan évaluatif qui va plus analyser qualitativement l’action passée. On veut aussi dire que rien n’est perdu et qu’il est possible de se rattraper. Par exemple, si une évaluation à chaud d’une formation n’est pas prévue, on peut toujours se repencher sur le sujet un peu plus tard ”, rappelle Ambre Elhadad.

Ailleurs également, d’autres solutions émergent et montrent en effet qu’il n’existe pas qu’un seul modèle d’évaluation. Lors de ses recherches, Elsy Huboux a noté plusieurs initiatives. Pour réaliser un bilan évaluatif d’une partie de sa politique d’égalité, la ville de Genève a ainsi mis en place un partenariat avec des chercheur.e.s de l’université de Genève, qui mènent des enquêtes de terrain. Au département de la Haute-Garonne, un cahier des charges a été réalisé en collaboration avec le Master Évaluation de l’Institut d’études politiques de Lyon.

Évaluer pour avoir un impact politique

Rendu public le 4 octobre 2022, ce guide répond à une double attente. Disposer d’abord d’un outil pour les collectivités qui veulent s’inscrire dans une démarche évaluative. “ Il est possible de faire du pas à pas en interne. Le guide montre qu’il n’est pas toujours nécessaire de réaliser une évaluation globale par des prestataires extérieurs”, indique Elsy Huboux.

Le guide permet aussi de porter politiquement les actions en cours ou à venir. “ L’évaluation démontre que l’action publique est utile. C’est une manière de rationaliser la décision politique et de la légitimer davantage si on vient à la remettre en question. Cela permet de montrer la pertinence, voire de renforcer les moyens sur ces politiques”, précise Ambre Elhadad.

Aujourd’hui, pense Karine Sage, les collectivités sont prêtes à être évaluées. “ Quand les collectivités arrivent déjà à un deuxième plan d’action, elles ont un peu plus de temps pour faire ce pas de côté que propose l’évaluation et ainsi poursuivre avec des objectifs plus ambitieux, des publics cibles mieux identifiés, des modalités d’interventions plus efficaces”.

Le guide Évaluer les politiques locales d’égalité femmes-hommes est disponible gratuitement en téléchargement sur le site du Centre Hubertine Auclert.

 

Article rédigé par Aurélie Fontaine