Au service de l'égalité femmes/hommes dans les entreprises et les territoires

Egalité professionnelle : où en êtes-vous dans vos collectivités ?

La crise du coronavirus rend plus criantes que jamais les inégalités entre les femmes et les hommes, notamment dans la sphère professionnelle. Et si l’on profitait de cette période pour réfléchir aux démarches concrètes à adopter en faveur de l’égalité professionnelle ?

La loi du 6 août 2019 instaure l’obligation pour les collectivités de se doter d’un plan d’action sur l’égalité professionnelle d’ici décembre 2020, une date butoir qui approche à grand pas.

Dans le deuxième atelier live de Perfégal, consacré à l’égalité professionnelle, plusieurs pistes de travail ont été identifiées pour avancer.

Une variabilité des pratiques

Issu.e.s de la fonction publique d’état comme de la fonction publique territoriale, les 8 participant.e.s de ce 2ème atelier live ont pu s’exprimer sur l’état d’avancement du dossier égalité dans leurs collectivités. Ces échanges ont mis en évidence une grande variabilité des pratiques. Le constat est le même que lors de l’atelier précédent :  les collectivités ne collaborent que très peu – voire pas du tout – entre elles. La mise en réseau est pourtant un atout, que nous nous efforçons de provoquer et de favoriser à travers nos ateliers live.

Autre constat, la légitimité accordée aux politiques d’égalité, n’est pas la même dans toutes les administrations. Elle dépend largement de la place occupée par la.le chargé.e de mission dans l’organigramme, et a de plus, des conséquences sur la culture de l’égalité au sein de la collectivité. Enfin, il est difficile de savoir par où commencer : qui pilote le dossier ? Comment l’exécuter de manière efficace ?

Associer les partenaires sociaux et les agent.e.s

Dans cet atelier, nous nous sommes appuyées sur l’exemple de la Ville de Saint-Nazaire et de la Carène, deux collectivités qui ont suivi à la lettre la démarche méthodologique recommandée par Perfégal pour établir leur plan d’action sur l’égalité professionnelle.

La question du positionnement est primordiale. Le pilotage du dossier doit être opéré de manière stratégique, c’est-à-dire en impliquant au moins un DGA au niveau RH, pour lui conférer sa légitimité. Deux aspects que nous préconisons, ont toutefois tendance à freiner les directions. D’une part, il est suggéré d’associer dès le départ les partenaires sociaux dans le comité de pilotage. D’autre part, consulter  les agent.e.s sur leur perception de l’égalité au sein de la collectivité via un questionnaire permet d’enrichir l’élaboration du plan d’action.

Pourtant l’avantage est double : la validation du dossier suscitera moins de défiance et leur participation favorise l’acculturation à l’égalité en interne. Comme le faisaient justement remarquer certain.e.s participant.e.s de l’atelier, les DRH ont parfois « une vision de l’égalité   élitiste », qui n’est pas forcément connectée au contexte local et au vécu des agent.e.s. La participation des partenaires sociaux, bien qu’ils ne considèrent pas toujours l’objectif d’égalité entre les femmes et les hommes comme prioritaire, permet alors de faire remonter les inégalités locales et donne lieu une réflexion conjointe sur les actions à mener. Quant aux agent.e.s leur expérience quotidienne du terrain met en évidence les obstacles rencontrés, ainsi que des problématiques communes.

Garantir la cohérence du plan d’action égalité professionnelle par le RSC

Seuls les chiffres sont en mesures de décrire la réalité d’une situation. Le rapport de situation comparée (RSC) est l’outil nécessaire à la collecte de données sexuées suffisantes pour une analyse fine et croisée des inégalités. Celle-ci permet de mettre en lumière d’éventuels écarts et d’y apporter une explication. Par exemple, les chiffres peuvent révéler une disparité entre la filière technique et la filière administrative, ce que l’on pourra notamment expliquer par les stéréotypes liés aux métiers. L’analyse permet ensuite de déterminer des pistes d’actions ciblées et efficaces à mettre en place, puis de les prioriser. La cohérence de votre plan d’action, dépend donc de la qualité du diagnostic chiffré !

Merci aux 8 participant.e.s de ce deuxième atelier live pour la richesse de nos échanges. On se donne rendez-vous pour un prochain atelier live qui aura pour thème la budgétisation sensible au genre !